Interview de Cathy MUNSCH-MASSET : Le projet est bien engagé et nous sommes confiants, les choses se finalisent

Share Button

Entretien avec Cathy Munsch Masset, vice-présidente de la région Centre Val de Loire chargée de l’éducation.

« Le projet est bien engagé et nous sommes confiants, les choses se finalisent »

Où en est le projet de Lycée sur le canton d’Épernon ?

François Bonneau, le président de la Région Centre-Val de Loire a annoncé la création d’un Lycée sur Maintenon-Epernon le 16 novembre 2015. La Région a lancé une première étude pour en confirmer l’utilité.

Nous sommes venus avec François Bonneau le 17 novembre à Epernon pour présenter les résultats de l’étude ECADE qui nous a permis d’analyser les conséquences des évolutions démographiques dans plusieurs bassins de la région, et en particulier l’Eure et Loir.

L’étude a fait  le constat d’une augmentation du nombre d’élèves qui va s’accentuer et saturer la capacité des lycées notamment dans le bassin Chartrain, mais également Drouais et rend nécessaire la création d’un établissement supplémentaire.

Pour des raisons d’aménagement du territoire et pour réduire les trajets des élèves, nous le souhaitons sur le secteur Maintenon Epernon. Il a vocation à mieux desservir la population locale et alentours et par ricochet à désengorger les établissements de l’agglomération Chartraine et Drouaise.

Suite à cette étude la commission permanente de la Région a délibéré fin novembre pour autoriser le président du Cconseil régional à saisir l’Etat en la personne du Préfet et de la Rectrice pour leur proposer la création de ce nouveau lycée.

Pour un lycée il ne faut pas seulement des murs, Il y a aussi du personnel dont les enseignants. C’est une décision qui engage aussi les moyens de l’Education Nationale.

Ainsi, un courrier a été adressé début janvier au Rectorat et au Préfet pour les saisir sur ce projet et l’attribution des moyens humains nécessaires à la création d’un nouvel établissement.

Lors de l’étude ECADE, le besoin d’un lycée en Eure et Loir a été un constat partagé avec l’Education Nationale, tout comme son implantation sur le secteur de Maintenon Epernon. Cela semble être une bonne façon d’inscrire l’offre de Lycée sur le territoire.

Le projet est bien engagé et nous sommes confiants, les choses se finalisent. François Bonneau aura un échange avec la Rectrice début avril. Je pense que la décision finale interviendra à la fin du 1er semestre.

Un Lycée général et technologique. Des évolutions possibles

Quel seront les formations proposées ? en novembre vous annonciez un lycée général, d’autres ont évoqué une section hôtelière ?

Fait-on un lycée général et technologique ou intègre-t-on des filières professionnelles ? Aujourd’hui il n’y a pas de scénario complétement établi, la Région se laisse la possibilité d’apprécier plus finement. Mais il est sûr qu’il y aura une filière générale et technologique, c’est le cœur du projet.

Une section professionnelle implique des locaux et des équipements spécialisés. Ce n’est pas exclu, mais il faut que cela repose sur une analyse de la carte des formations. C’est un travail que l’on fait tous les ans et qui consiste à regarder quels sont les nouveaux besoins, et les besoins d’évolution.

Vous me parlez d’une section hôtelière, Il faut regarder s’il y a des besoins non couverts par l’offre existante sur la région. On vient d’inaugurer à Orléans un lycée hôtelier complétement refait avec un internat, il y a également ceux de Blois, de Tours ou encore d’Argenton-sur-Creuse.

Le travail sur la carte des formations est établi à l’échelle du territoire régional avec l’Education nationale et les branches professionnelles Nous étudierons s’il y a des formations professionnelles qui nécessitent de nouveaux locaux au sein de ce futur  lycée.

Cela peut-il arriver dans un deuxième temps ?

Soit dans un premier temps si on juge qu’il y a un besoin, soit dans un second temps.

Le lycée que l’on va construire est un lycée de 1000 élèves. C’est un peu plus que le besoin immédiat. Mais pour qu’il soit attractif il doit proposer un choix suffisant d’options et de filières.

Au-delà de cette capacité de 1000 élèves, la conception du bâtiment sera modulaire. C’est à dire qu’il pourra être agrandi, pour ajouter une section professionnelle ou pour d’autres offres d’enseignement. Le bâtiment sera conçu pour être évolutif, tout en restant cohérent.

« Ça ne sera pas un lycée exactement comme ceux que l’on connait »

Vous parlez d’un bâtiment modulaire, à quoi ressemble un nouveau lycée au 21éme siècle ?

Nous devons exprimer les besoins du futur lycée. Cela implique une réflexion autour de ce qu’est un lycée du futur.

Ce n’est pas tous les jours que nous construisons un lycée à partir de rien. Toutes les innovations sont envisageables, tant qu’il ne s’agit pas d’innover pour innover. Il faut que ce lycée intègre des réflexions autour de la distribution de l’espace. Faut-il toujours des salles de classes rectangulaires ? carrées ? avec du mobilier traditionnel ? Quels sont les besoins aujourd’hui et ceux de demain ? Des aménagements plus modulaires ? transformables ? par exemple : Comment s’organise un nouveau lieu d’éducation ? quelle est la place du numérique et de ses nouveaux usages ?

Quelles propositions améliorent les conditions d’éducation et donc la réussite des élèves ?

L’innovation c’est également l’inclusion des élèves. Par exemple ceux en situation de handicap : pas seulement moteur, mais aussi visuel, auditif, dyslexique…

A l’ère du numérique, mais pas seulement, Il y a des réponses qui permettent un accompagnement plus adapté ; qui permettent l’accueil de tous les jeunes. Cette réflexion autour des lycées et des CFA du futur, la région l’a largement engagée. Pour cela elle réunit des acteurs de l’éducation, des architectes, des spécialistes de l’urbanisme, des designers, des pédagogues pour pouvoir croiser les regards et dessiner concrètement ce que sera ce lycée du futur.

Cette réflexion viendra directement alimenter le cahier des charges du lycée de Maintenon-Epernon.

C’est important de dire « ça ne sera pas un lycée exactement comme ceux que l’on connait». Ce sera un lycée innovant, pour améliorer le plus possible les conditions d’éducation des élèves, pour promouvoir des pratiques collaboratives plus importantes entre les élèves, avec les parents d’élèves, avec les acteurs extérieurs comme les associations, le monde économique, et tous ceux qui font réussir nos enfants.

Ouverture attendue à la rentrée 2021

Quelle sera la prochaine étape, comment cela va s’organiser, où et quand le lycée va t- il ouvrir ?

Nous attendons la réponse ferme et définitive du Rectorat. Nous n’engageons pas des des millions d’euros de programmation si nous ne sommes pas absolument sûrs de l’engagement de l’Etat à nos côtés.

Une fois l’accord acquis, nous missionnerons un bureau d’étude qui intègrera les besoins et les innovations de lycée du futur, mais également ceux de l’Education Nationale. Suivra le concours d’architecte, puis l’appel d’offres pour la construction, et enfin la réalisation. Nous associerons aussi les élus et les associations avant d’arbitrer certains choix.

Pour le lieu, les services de la Région rassemblent des éléments, nous sommes sur plusieurs hypothèses de travail.Certaines ne sont peut-être pas viables, nous verrons ce qu’il en ressort une fois toutes les possibilités étudiées.

Sur les délais, nous essayions de réduire tous les interstices, mais certains délais sont incompressibles : les consultations, les concours d’architectes, la construction etc.

Donc on ne peut pas imaginer que ce soit avant 2020. Avec l’expérience ce sera plutôt 2021 sachant que le pic démographique est situé en 2026. Nous préférons anticiper.

Entretien réalisé au conseil régional de la région Centre Val de Loire le 16 mars 2017

 

Share Button

Cathy Munsch Masset sur les Lycées du Futur

Share Button

Share Button

La région vote la poursuite du projet de lycée

Share Button
hemicycle-region
Sur la bases des études démographiques faites à sa demande la région vote la poursuite du projet de lycée.
François Bonneau va conformément à la loi demander formellement à l’état de prendre la décision.
Le décret est espéré au printemps, si il n’est pas retardé par l’élection présidentielle.

Extrait du relevé des décisions de la commission permanente du conseil régional du 25 novembre 2016

16.09.11.101 CONSTRUCTION AMENAGEMENT REHABILITATION EQUIPEMENT
Autorisation du Président à proposer au représentant de l’Etat la création de deux
nouveaux lycées dans les secteurs d’Epernon – Maintenon pour l’Eure et Loir et de Châteauneuf sur Loire pour le Loiret
Adopté avec l’abstention du groupe Front National et de Madame De CRÉMIERS

Voir le document de présentation qui comprend de nombreuses données sur les effectifs de lycéens attendus dans les 20 ans à venir :

Share Button

La nécessité d’un lycée confirmée par les études démographiques.

Share Button
Cathy Münsch-Masset et François Bonneau

Cathy Münsch-Masset et François Bonneau

François Bonneau et Cathy Münsch-Masset (président et vice-présidente « Education et apprentissage » en charge des lycées – Région Centre Val de Loire) ont présenté les résultats des études démographiques et prospectives des bassins de vie de Chartres et Dreux . Celles-ci concluent sur l’utilité d’un lycée dans les « Franges franciliennes » ou « Portes euréliennes » (Secteurs des collèges d’Auneau, Épernon, Gallardon, Maintenon, Nogent le Roi).

Etaient également présents un responsable de l’Académie , une forte représentation FCPE (Mmes Bouharati, Fourneron, Garin et Renevier responsables locales et M Provost le responsable départemental), un représentant de la PEEP d’Epernon et des élus (quelques maires, notamment les présidents ou représentants des Communautés de communes du Val Drouette – Epernon, Terrasses et Vallées de Maintenon, Quatre Vallées – Nogent le Roi, Val de Voise – Gallardon), ainsi que des parents ou grands-parents d’élèves qui montrent l’intérêt de tous pour un lycée.

Ces études ont montré qu’après une baisse mesurée des effectifs d’élèves jusqu’en 2010, a suivi un fort rebond devant perdurer au-delà de 2030 avec un maximum prévu en 2026.

Si les lycées professionnels de Chartres et Dreux pourraient être en mesure d’accueillir cet afflux, ce n’est pas le cas des lycées généraux et technologiques ou polyvalents, dont certains sont déjà à saturation à Chartres et pas loin de l’être à Dreux, tous devant s’approcher de la saturation dès 2020. Un lycée de 800 à 1500 places dans notre secteur géographique est donc une nécessité afin d’accueillir dans de bonnes conditions l’ensemble des élèves.

Les différentes interventions ont mis en évidence la nécessité de se poser dès maintenant la question du transport des futurs lycéens afin d’organiser ceux-ci avec l’objectif de minimiser leurs temps de transport.

François Bonneau a confirmé son engagement pour un lycée sans internat et le choix d’une construction évolutive, destinée à accueillir de 800 à 1500 places prévoyant une extension éventuellement progressive de l’établissement en fonction des effectifs.

La concertation avec l’Etat va maintenant démarrer rapidement, elle doit aboutir à la décision du préfet engageant définitivement l’Etat et conduire au choix d’un lieu d’implantation.

Bien qu’Épernon soit souvent cité, François Bonneau a précisé que le lieu n’était pas encore choisi et que c’est le meilleur emplacement qui sera retenu à Épernon ou ailleurs.

Share Button

Conférence de presse de François Bonneau Jeudi 17 nov à Epernon

Share Button
François Bonneau

François Bonneau, Président de la région Centre Val de Loire

Jeudi 17 novembre à 18 heures conférence de presse de François Bonneau, président de la région Centre Val de Loire,  salle les Campanules – Espace culturel « les Prairiales » – av. de la Prairie à Epernon.

L’intervention portera sur le futur lycée.

La conférence de presse est ouverte à tous.


source Région Centre
region

Invitation à la conférence de presse (format PDF)

Share Button

Fin de la première étude et lancement de la phase de concertation.

Share Button

La première phase d’étude pour la création du Lycée est terminé.
Sur la bases de ces résultats va démarrer la phase de concertation

 

Extrait du Courrier de la Région:

Objet : 17.11.2016 : Présentation de restitution de l’étude du lycée du futur – Canton Epernon

[…]
La Région Centre Val de Loire a lancé une étude prospective d’opportunité pour la création de 2 nouveaux lycées en région en partenariat avec les services de l’Education Nationale. Cette étude a été menée en quatre phases portant sur l’aide à la décision pour la création et l’implantation d’un nouvel établissement d’enseignement dans les franges franciliennes d’Eure et Loir (Maintenon, Epernon) et de l’Est-Loiret (Châteauneuf-sur-Loire, Sully-sur-Loire, Bray-en-Val, Chécy).
L’étude étant désormais achevée et conformément aux engagements pris, une phase de concertation sera lancée sur chacun des 2 territoires concernés.
[…]

François BONNEAU
Président de la Région Centre-Val de Loire

region
(source Région Centre)

 

Share Button

Un interview de Fabien Verdier, conseiller régional, sur l’avancement du Lycée

Share Button
fabien-verdier

Fabien Verdier, Conseiller régional

Bonjour, monsieur Fabien Verdier, connaissez-vous bien le dossier du Lycée sur le canton d’Épernon ?

Plusieurs habitants des cantons d’Epernon et d’Auneau m’ont demandé en août 2015 de les aider à relancer ce projet. Ils ont établi une rapide analyse et étude démographique que j’ai pu relayer auprès de François Bonneau [ndlr Président de la région Centre-Val de Loire], car cet espace des franges de notre département (de Nogent le Roi à Auneau, en passant par Pierres, Epernon, Maintenon, Gallardon…) ne dispose pas de Lycée public.

Il a été facile de convaincre François Bonneau ?

C’est une demande assez fréquente mais extrêmement coûteuse pour la région, de plus le dernier lycée construit dans l’arrondissement de Chartres a moins de 20 ans. Le président François Bonneau a demandé à vérifier précisément l’impact sur les lycées environnants avant de s’engager. Une fois convaincu, il a lancé les premières études au plus vite.

C’est une demande fréquente de vouloir un lycée ?

Oui, mais qui peut rarement être satisfaite. Sur la région centre-Val de Loire seul deux lycées sont en projet !

Un dans le Loiret, l’autre sur le canton d’Épernon. C’est dire si la Région est attentive au secteur de la Vallée de l’Eure !

Pourquoi ne voit-on rien se construire, si c’est décidé ?

Il faut du temps, et notamment de nombreuses réflexions préalables. Une étude est en cours, elle va déboucher prochainement sur un groupe de travail où sont à la fois associés le Rectorat et la Région.

Pourquoi ?

Un lycée, c’est environ 30 à 40 Millions d’€uros d’investissements publics et un bâtiment construit pour plusieurs générations. Il n’est pas question de se tromper en faisant trop petit, trop grand, mal placé, inadapté aux nouveaux besoins de l’enseignement, ni de construire « à la va-vite ».

Il faut également tenir compte des impacts directs et indirects sur les autres établissements secondaires avoisinants.

Quelle sera sa zone de recrutement ?

Le détail des communes n’est pas encore défini, l’idée actuelle est de recevoir les élèves des collèges des franges : de Maintenon, d’Épernon, de Gallardon, de Nogent le Roi et des deux collèges d’Auneau !

Où va t’il être construit ?

Le projet n’en est pas à la recherche de terrain. Pour le moment les études portent sur les flux démographiques, les résultats sont encore attendus et doivent être analysés à la fois par la Région et l’Education Nationale (le Rectorat d’Orléans-Tours) pour définir le type d’établissement qui sera construit.

Le type d’établissement n’est pas connu ?

Il s’agit d’un lycée public d’enseignement général.

Comment va être choisi le terrain ?

Je répète, nous n’en sommes pas encore à ce niveau d’avancement.

Les critères sont entre autres, la centralité de la zone de recrutement, la proximité des transports et des voies routières, des équipements parascolaires, l’environnement urbain, la taille des terrains disponibles et le prix.

Le travail est en cours et la Région est en tout point mobilisée pour répondre au besoin démographique dans la Vallée de l’Eure.

Je vous remercie.

 

 

Share Button

Rumeur sur une implantation à Épernon – Hanches

Share Button

Une rumeur s’est (un peu) répandue sur le choix de l’implantation du lycée à proximité de la zone commerciale de Hanches.

Cathy Münsch-Masset

Cathy Münsch-Masset, vice Présidente de la région Centre Val de Loire

Interrogée Cathy Münsh-Masset, 2e vice-Présidente déléguée à l’Éducation et à l’Apprentissage à la région Centre Val de Loire, a répondu le 29 septembre 2016 :

« Aucune recherche de terrain n’est actuellement en cours »

Peut être la rumeur faisait-elle référence au premier projet de Lycée porté par Georges Lemoine il y a 30 ans. Le député-maire de Chartres prévoyait un lycée à cet emplacement, ainsi qu’une nouvelle gare SNCF pour le desservir. Le projet prévoyait également une 4 voies passant à proximité et contournant l’Ile de France à 80 km de Paris.

 

Share Button

Lancement du site internet

Share Button

Suite à sa création le 30 septembre 2016, l’association pour un lycée sur le canton d’Épernon a le plaisir d’ouvrir son site internet.

Il est destiné à présenter le projet de lycée public et à donner toutes les informations dont l’équipe dispose.

Bientôt, il permettra également de recueillir vos questions sur le futur lycée public pour que nous puissions vous fournir les réponses.

Une inscription à une liste de diffusions informant sur l’avancement des travaux et les actions à mener pour soutenir sa construction sera bientôt disponible.

Bonne lecture et merci de votre intérêt.

 

Share Button